Organismes de formation : devenez agiles !

Le management est aujourd’hui au cœur de plusieurs évolutions majeures. Parmi ces dernières, la digitalisation et le développement de l’agilité sont centrales. Aujourd’hui utilisées dans bon nombre de secteurs, les méthodes regroupées sous le vocable de « management agile » sont nées au début des années 90 dans le secteur de l’informatique et se sont ensuite diffusées en mettant l’accent sur trois grands principes.

Le premier consiste à placer le client au centre du jeu. Concrètement cela signifie que très régulièrement, une équipe agile doit être capable de lui présenter l’état d’avancement de son travail. Cette confrontation régulière avec les besoins des clients permet de prendre en compte l’évolution de la vision du projet et du client, évolution « normale » à mesure que le projet avance. Il est en effet très fréquent dans l’informatique que les besoins du client (et donc les fonctionnalités à implémenter dans le logiciel) évoluent avec l’avancement du projet. Cette prise en compte « client » (qu’il soit interne ou externe) demande des ajustements beaucoup plus réguliers (deuxième principe) entre les membres de l’équipe avec des objectifs qui doivent être affinés et réajustés fréquemment (parfois même quotidiennement). Conséquence directe en terme de troisième principe : une délégation forte, avec une équipe et des individus extrêmement autonomes qui s’auto-organisent. Ces méthodes sont par exemple depuis plusieurs années utilisées dans l’industrie automobile notamment, où les équipes sont petites et ont un pouvoir de décision très fort. Il est ainsi fréquent qu’elles aient la possibilité d’arrêter une ligne de production si elles détectent un problème.

Comment appliquer ces principes à la formation professionnelle ? Il existe bien entendu plusieurs leviers possibles mais l’un d’entre eux est tout trouvé : la digitalisation de la formation. Et oui, la digitalisation d’une formation, et plus généralement la digitalisation d’un organisme de formation dans son ensemble, est une manière de devenir agile ! Reprenons tout étape par étape.

Principe 1 : (Re)mettre le client au cœur de la formation

 

L’une des grandes forces du digital, c’est qu’il permet beaucoup plus facilement la scénarisation d’un module de formation. Certains formateurs n’hésitent pas à imaginer leur contenu en créant par exemple des storyboards c’est-à-dire des représentations illustrées d’un film avant sa réalisation. C’est une bonne méthode pour structurer ses idées, les présenter de manière pédagogique … et intégrer le client au plus tôt dans le processus. Une fois le scénario (ou les scénarii) créé(s), il est important de les traduire en éléments multimédias (vidéos, diaporamas, webinaires…), en exercices et tests d’évaluation (études de cas, QCM…) là aussi en co-construisant avec le client. Si l’organisme de formation a opté pour un module de formation mixte, le séquençage des différentes modalités d’apprentissage (présentiel, e-learning et webinaire) doit enfin être défini avec précision. Digitaliser une formation est une occasion très importante de repenser son ingénierie pédagogique, son rapport avec les stagiaires en formation, ses processus d’évaluation…

 

Principe 2 : Construire l’interactivité dans la formation

 

Les conversations et ajustements – entre les stagiaires et le formateur d’une part et des stagiaires entre eux d’autre part – sont l’un des leviers clés pour réussir une formation agile. On parle volontiers à ce sujet d’interactivité d’une formation. Mais comment l’obtenir dans un environnement digital ?

Et bien tout simplement, en jouant concrètement sur la complémentarité des différentes modalités de la formation :

– Au présentiel les activités relationnelles comme l’étude de cas, l’échange de pratiques ou plus globalement des mises en situation.

– Au e-learning, les modules plus formalisés apportant de la connaissance souvent assez structurée.

– Enfin au webinaire, les échanges plus précis comme les questions-réponses ou les approfondissements sur tel ou tel point.

Bien entendu, cette spécialisation de chaque modalité de l’interactivité est schématique et peut être nuancée. Elle n’en reste pas moins un guide utile pour la construction de l’interactivité digitale de votre module.

Principe 3 : L’autonomisation des stagiaires

La digitalisation est aussi un très bon moyen de rendre les stagiaires davantage acteurs de leur formation. En effet, une formation digitalisée se doit d’être séquencée, rythmée par des temps bien identifiés dans lesquels sont alternés des moments d’acquisition de connaissances, de mises en pratique, de jeux et simulations… C’est au stagiaire de choisir le rythme avec lequel il souhaite avancer, des modalités avec lesquelles il souhaite interagir avec les autres stagiaires et le formateur. A la limite, chacun peut en la matière bénéficier d’un parcours et d’un suivi individualisés. Finalement, chacun peut choisir comment il se forme (en termes de rythme et d’interaction) et donc s’autonomiser en « customisant » son parcours afin qu’il soit le plus efficace possible.

Alors, quand vous décidez-vous à devenir agile ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s