Et si les neurosciences plébiscitaient la digitalisation des formations ?

neurosciences.png

Les neurosciences sont aujourd’hui à la mode en matière d’éducation. Nous savons tous qu’il est souvent sage de se méfier de telles modes, que l’on parle de management, d’éducation ou encore de régimes alimentaires ! Il ne faudrait toutefois pas tomber dans un excès inverse et jeter le bébé avec l’eau du bain : ce n’est pas parce que certains considèrent (peut-être à tort) les neurosciences comme l’alpha et l’oméga de la formation qu’elles doivent être ignorées lorsque l’on a fait de la formation son métier.

neuro

Mais alors, que nous ont elles d’ores et déjà appris ? Aujourd’hui, elles nous ont notamment confirmé une bonne fois pour toute l’importance de quatre leviers en matière d’apprentissage : l’attention, l’engagement actif, le retour d’information et la consolidation des apprentissages.

Revenons brièvement sur chacun d’entre eux. L’attention, si utile à l’apprentissage, est la plupart du temps « à durée limitée » : au-delà de 15/20 minutes, elle chute. Il est donc nécessaire de rythmer une formation en la séquençant et en l’étalant dans le temps. L’engagement actif dans sa formation passe par l’alternance rapide de temps d’acquisition de connaissances nouvelles et de tests de l’acquisition de ces connaissances. Ces derniers agissent alors comme des retours d’information permettant le cas échéant de corriger les erreurs sans attendre. Enfin, toute acquisition de connaissances nouvelles doit être consolidée c’est-à-dire répétée afin de permettre « l’encodage » de ces dernières de manière durable dans notre mémoire. Enfin, on peut noter que l’activation de l’ensemble de nos sens – utile à la bonne utilisation de chacun de ces quatre leviers – est un facteur d’amélioration de notre efficacité en matière d’apprentissage.

Mais en quoi la digitalisation des formations – tout particulièrement le blended learning – est-elle de nature à faciliter l’usage de ces quatre leviers ? Tout simplement parce que les solutions techniques qu’elle offre sont de nature à la fois à simplifier et à amplifier l’utilisation de ces mêmes leviers. Notre plateforme digitale de formation MOOV a été conçue dans ce sens.

Avec MOOV, il revient très simple d’étaler l’apprentissage d’un stagiaire en formation professionnelle. Si le temps du face-à-face reste un moment privilégié, il peut être précédé d’un temps d’appropriation de connaissances grâce aux différents supports proposés par la plateforme et disponibles en amont : vidéos, diaporamas commentés, exercices d’auto-évaluation divers (quizz…), fiches de synthèse… En multipliant les formes des ressources pédagogiques disponibles en amont, les sens mobilisés (la vue et l’ouïe) sont eux aussi multipliés. La formation peut aussi se poursuivre en aval de la journée de présentiel par exemple par des capsules vidéo rajoutées après les échanges de la journée de regroupement, une synthèse de la journée, des précisions demandées pendant la journée, un travail d’évaluation à mener en groupe (par exemple une étude de cas) qui va servir à évaluer les compétences acquises…

Grâce à notre plateforme digitale de formation MOOV, l’action de formation peut donc être « étalée ». Au-delà, c’est aussi son rythme qui peut être piloté : une séquence vidéo d’une vingtaine de minutes peut par exemple facilement faire l’objet de validations d’étapes par des QCM qui conditionnent le visionnage de la suite de la séquence vidéo. Le caractère ludique des QCM et des autres formes d’outils d’évaluation (par exemple, un « glisser-déplacer ») est aussi de nature à limiter le caractère parfois fastidieux des nécessaires apports de connaissances théoriques ou pratiques dans une formation. Le recours à ces évaluations d’étape s’accompagne souvent d’un retour d’information (commentaire automatisé des bonnes réponses du QCM) et permet de consolider les connaissances et compétences acquises.

Autrement dit, l’utilisation d’une plateforme digitale de formation comme MOOV dans le cadre d’une formation de type blended learning (mixant donc temps de face à face en présentiel et temps d’apprentissage à distance en e-learning) permet d’optimiser les apprentissages des stagiaires dans un contexte de formation professionnelle par exemple.

Alors, la digitalisation des actions de formation professionnelle, on s’y met quand ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s